Kurdes assassinées à Paris : le rôle des services turcs au coeur d’une nouvelle enquête


Le pôle antiterroriste a relancé l’enquête sur l’assassinat en 2013 à Paris de trois militantes kurdes. Dans le collimateur des parties civiles: le MIT turc.

Le profil des victimes, leur activisme en faveur de la cause kurde, mais aussi le pedigree du tueur présumé, ses accointances apparentes avec le nationalisme turc et pour finir, deux troublants documents dévoilés dès 2014… Tout, ou presque, dans le dossier du triple assassinat en 2013 à Paris de trois militantes kurdes pointe, depuis le début de l’affaire, dans la direction du Millî Istihbarat Teskilati (MIT), le fameux service de renseignement turc, réputé proche du chef de l’État Recep Tayyip Erdogan. 

C’est ce que vient confirmer ce mardi, sans présager des suites qui seront données à l’affaire, la réouverture de l’enquête qui sera confiée par le parquet de Paris « d’ici une dizaine de jours » à un nouveau juge d’instruction antiterroriste, un peu plus d’un an après une énième plainte des familles des victimes.  

L’Express réserve cet article à ses abonnés.

Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous.

1er mois offert

puis 8€/mois sans engagement

Je m’abonne

Inclus dans l’abonnement 100% numérique :

  • Accès illimité à l’application et au site
  • Le magazine en numérique la veille de sa parution
  • Navigation sans publicité
  • 25 newsletters thématiques à la carte
  • 1 newsletter personnalisée



Source: L’express